En mars dernier, les statuts du Synpell ont été déposés et acceptés par les services de la Mairie de Quimper. Le Synpell, c’est le Syndicat Professionnel des Éditeurs de Logiciels Libres.

Face à un constat de fragilité face aux réformes législatives (ex: loi de finance 2016, dont sa partie relative aux logiciels de caisse), à un durcissement de marchés en phase de concentration, à des marchés publics détournés ou illégaux (ex: en citant explicitement des marques comme Microsoft), Libre Informatique a décidé de construire un front pour défendre ses intérêts d’éditeur de logiciels libres, et à travers eux de défendre l’intérêt général. En quelques mois, nous avons réussi à fédérer autour de ce projet de syndicat 3 entreprises avec qui nous étions déjà en relation de longue date : Entr’Ouvert, Néréide et Code Lutin.

L’idée a germé dans le terreau cultivé au sein de Minga, association professionnelle et politique dont Libre Informatique est adhérente depuis 2010, avec ses différents adhérents. Confronter des réalités et pratiques professionnelles très diverses c’est se permettre de mieux comprendre le monde et ses tensions. Talibreizh, adhérent du Syndicat des Récoltants Professionnels d’Algues de Rive, est venu fin 2016 dans nos locaux nous raconter l’histoire de son Syndicat, les tensions avec les industriels et les amateurs qui tiraient les prix et les conditions de travail vers le bas, épuisant la ressource… Il nous a aussi expliqué comment son syndicat a permis de structurer sa filière, son métier. Au moment où nous avons accueilli Talibreizh, le syndicat venait d’être nommé par le Comité Régional des Pêches comme responsable de la gestion des ressources en algues de rive, une énorme victoire au plan national. Depuis le Ministère de l’Agriculture et de la Pêche reconnaît la profession ce qui permet la mise en place d’une filière de formation.

C’est donc bien qu’il puisse être étonnant de citer cette expérience par rapport aux métiers des logiciels libres, elle n’en est pas moins fondatrice. Depuis la première rencontre avec Entr’Ouvert sur le sujet, nous avons réussi à influer sur la loi de finance 2016 pour permettre à n’importe qui de pouvoir certifier pour un tiers la conformité d’un logiciel libre de caisse ou de gestion, et à tout « éditeur de logiciel de caisse ou de gestion » de pouvoir certifier pour son propre compte un tel logiciel. Nous avons réussi à faire annuler immédiatement un marché public citant explicitement les produits Microsoft… Face aux défis sociaux liés à l’inversion de la hiérarchie des normes dans le Code du Travail depuis la loi El Khomri jusqu’aux ordonnances à venir, au financement de la R&D pour produire des logiciels libres, et à des marchés qui se durcissent, pour Libre Informatique le Synpell est une nécessité !

Note : Cette création et les enjeux d’un positionnement « politique » des acteurs économiques des logiciels libres ont été repris lors des Rencontres Mondiales des Logiciels Libres début juillet 2017 par le Synpell et Minga. Un article du Synpell en reprend d’ailleurs le contenu